Chirurgie esthétique millénaire
docteur uberto giovannini chirurgien plasticien

Chirurgie esthétique du nez

Généralités sur la rhinoplastie

La rhinoplastie est une intervention de chirurgie esthétique qui permet d’intégrer harmonieusement le nez du patient aux caractéristiques de son propre visage améliorant ainsi l'esthétique et le fonctionnel, grâce à la réduction et / ou le remodelage de son squelette cartilagineux et osseux. Pour cette raison, il peut être nécessaire de combiner une rhinoplastie avec d'autres modifications telles que la liposuccion du double menton.

 

Le degré d'amélioration varie d'un individu à l'autre et dépend de la qualité de la peau et de la dimension du squelette sous-jacent.

 

Le résultat de la rhinoplastie est permanent et les cicatrices sont pratiquement inexistantes. L'aspect final du nez, visible après environ deux semaines après l'intervention, n’est complet qu’au bout d'un an environ. Dans les rares cas où le résultat de la rhinoplastie montre quelques imperfections, il conviendra de faire des retouches.

La chirurgie du nez ou rhinoplastie est une des interventions les plus fréquentes en chirurgie esthétique. Elle requiert une grande expérience de la manipulation de la peau ainsi qu'une certaine sensibilité « artistique » chez le chirurgien.

 

Les indications de rhinoplastie

 

Les meilleures indications de la rhinoplastie sont :

 

  • un nez trop grand proportionnellement au visage,
  • une bosse visible de profil,
  • un nez trop large de face,
  • une pointe de nez plongeante,
  • une pointe de nez trop épaisse ou, au contraire, trop fine,
  • des narines trop larges,
  • une déformation nasale post-traumatique ou congénitale,
  • la conjonction de plusieurs de ces indications.

 

Une rhinoplastie peut également s’effectuer dans le cadre d’une intervention antivieillissement. En effet, avec l’âge le Dorsum s’amenuise, la pointe plonge et la columelle se rétracte ou devient pendante. La correction de tous ces éléments donne un « coup de jeune » indéniable.

 

Certains cas peuvent être plus difficiles à traiter. Ainsi un nez tordu ou asymétrique (croche) est délicat à corriger parce que la structure du nez impose des limites. Le nez comporte une cavité interne, donc il risque de s’affaiblir si on déplace trop ses murs d’un côté ou de l’autre. Autre frein, la qualité de la peau. Une peau nasale épaisse peu limiter un peu le résultat final de la rhinoplastie. Ceci est dû au fait qu’une peau épaisse est inélastique. Elle ne se contracte pas autant qu’une peau mince (donc le nez ne peut pas devenir beaucoup plus petit). Par conséquent, le nez peut demeurer un peu plus large que la grandeur idéale.

 

Cette intervention peut être pratiquée à la fin de la croissance osseuse, à savoir 16 ans pour les filles, 17 ans pour les garçons, en moyenne.

 

L’utilité de l’intervention de rhinoplastie

 

La rhinoplastie sert à améliorer la respiration quand le nez est bouché de façon permanente ; on parle alors de rhinoplastie fonctionnelle, notamment quand il existe une sinusite chronique. Quand ces problèmes n’existent pas, c’est une rhinoplastie esthétique pure.

Seule la première est prise en charge par la sécurité sociale.

 

Les techniques avantages et inconvénients d’une rhinoplastie

 

La chirurgie esthétique nasale « rhinoplastie » consiste à enlever l’excédent de cartilage nasal et à limer soigneusement l’excédent d’os du nez. Elle peut également être couplée à une deuxième procédure pour aider certains problèmes de respiration et de ronflement appelée septorhinoplastie. Les techniques fermées et ouvertes sont les deux principales techniques chirurgicales.

 

Avec la rhinoplastie fermée : toutes les incisions sont faites dans la muqueuse nasale (à travers la peau à l’intérieur du nez) donc aucune cicatrice visible externe n’est vue. Cette technique est suffisante quand on réalise une rhinoplastie de réduction, sur une petite bosse et un nez harmonieux.

 

Elle est indiquée en cas de déformation nasale, septonasale ou de cloison nasale légère. Elle offre l’avantage d’une absence de cicatrice de la columelle. L’inconvénient d’offrir une mauvaise visualisation des déformations septonasales, un manque de contrôle du positionnement des cartilages de la pointe nasale. Par ailleurs, avec cette technique, les greffes cartilagineuses sont difficiles à fixer.

 

La rhinoplastie ouverte consiste en des incisions à l’intérieur des narines plus une petite incision à la base du nez entre les deux narines (columelle). Ensuite, la peau est « décollée » du cartilage et des os qui sont par la suite modifiés par le chirurgien. Cette technique permet au chirurgien de visualiser l’os et le cartilage nasal plus que la rhinoplastie fermée. Elle est indiquée en cas de déformation septonasale importante, de déformation de la pointe nasale, de déformation congénitale ou de reprise de rhinoplastie endonasale. Cette chirurgie précise offre l’avantage d’une bonne visualisation des déformations septonasales, d’un meilleur contrôle du positionnement des structures cartilagineuses de la pointe nasale avec des sutures, d’une bonne possibilité de fixation des greffes cartilagineuses. Cependant, elle occasionne des cicatrices au niveau de la columelle (5 mm de longueur, presqu’invisible) et des œdèmes prolongés.

 

Par ailleurs, il existe une rhinoplastie non-chirurgicale qui consiste en l’injection de produits de comblement pour augmenter certaines parties du nez, camoufler des irrégularités de la peau, remplir les zones basses, diminuer visuellement certaines bosses, définir et améliorer la pointe, et à donner au nez un aspect « fini » en général. Ce type de comblement dure en moyenne dure 6-9 mois. Cette technique non invasive est déconseillée pour les nez très grands ou très asymétriques.

 

Avant l'intervention de rhinoplastie

 

La première consultation est fondamentale car elle permet de bien cerner les motivations et de fixer des objectifs précis. Sont également précisés les antécédents médicaux et chirurgicaux, les allergies, l’existence d’une pathologie ORL. Le médecin procède également l'analyse du visage pour définir au mieux les possibilités chirurgicales qui sont fonction de la morphologie nasale et de la qualité des tissus (peau, cartilage). La consultation comporte la prise de photographies, indispensables aux simulations informatiques et à l'évaluation post-opératoire. Un scanner des sinus sera prescrit en cas de problème respiratoire ou de sinusite associée.

 

Une consultation avec un médecin-anesthésiste est programmée avant l'intervention pour pratiquer un examen clinique complet et prescrire les examens complémentaires nécessaires. Le médecin-anesthésiste précisera alors toutes les mesures à prendre avant l'intervention concernant l'alimentation, les boissons, le tabac et les prises médicamenteuses. L’anesthésie peut être générale ou locale.

 

L’intervention de rhinoplastie

 

Le patient doit être à jeun depuis 6 heures au moins, avoir pris une douche avec des produits décontaminants. L'intervention dure de 1 à 2 heures selon sa complexité. S'il existe une déviation de la cloison nasale associée, ou un problème muqueux, ils sont traités dans le même temps. La technique utilisée est bien sûr spécifique à chaque cas et fait l'objet d'une explication personnalisée, pour obtenir un résultat naturel.

 

Après l'intervention

 

L’hospitalisation est de courte durée de 24 à 48 heures. Un plâtre est appliqué pour maintenir en place les structures profondes du nez remodelé (une semaine en moyenne). Des mèches sont placées dans les narines pour stabiliser les structures internes du nez (24 à 48 heure en moyenne). Le retour au domicile s’effectue le lendemain après suppression des mèches. Les douleurs postopératoire sont en général maintenant limitées mais la respiration par la bouche peut être désagréable tant que les mèches ne sont pas retirées, donc pendant les 48 premières heures. En général, pour une voie d'abord fermée on utilise des fils résorbables qui tombent au bout de quelques jours. Pour une voie d'abord ouverte, il peut être préférable d'utiliser des fils non résorbables et moins inflammatoires ; il convient de les enlever au bout d'une semaine environ. Un traitement antibiotique et un traitement anti-œdémateux peuvent être prescrits.

 

Suites opératoires

 

En post-opératoire, et surtout les deux premiers jours, un œdème et des ecchymoses apparaissent au niveau du visage, notamment des paupières inférieures. Ils se résorbent progressivement en quelques jours et masquées facilement par un maquillage couvrant. Il peut persister encore un peu d'œdème à la racine du nez qui se résorbe plus lentement. La convalescence varie d’une personne à une autre, mais on est généralement en mesure de reprendre ses occupations quotidiennes une semaine après.

 

Suivi, précautions après une intervention de rhinoplastie

 

Il convient d’éviter toute activité excessive tel que jogging, natation ou effort inconsidéré pendant les quinze premiers jours, de ne pas s'exposer au soleil pendant quatre semaines et d’appliquer un écran total au début. Plusieurs consultations sont programmées pour suivre l'évolution,

 

Efficacité dans la durée d’une rhinoplastie

 

Le résultat final ne s’apprécie qu'au bout de 12 mois généralement. C'est le délai nécessaire pour que les tissus cicatriciels soient arrivés à maturité. Le résultat à ce stade peut être jugé comme définitif et il n'y a pas d'évolutions particulières à craindre ni de complications à long terme. Les tissus assouplis, évoluent alors normalement dans le temps.

 

Complications possibles et retouches

 

Comme toute intervention chirurgicale, la rhinoplastie peut avoir quelques rares complications telles que : infection, hématome ou une complication anesthésique. Les résultats sont généralement satisfaisants mais sur le plan esthétique, il est possible que l'évolution post-opératoire, la réaction cicatricielle, ou la nature des tissus, ne permettent pas d'obtenir exactement le résultat escompté. Une reprise chirurgicale peut de ce fait être envisagée dans les mois qui suivent pour obtenir une correction qui se rapprochera le plus possible de l'objectif initial. Les causes principales des rhinoplasties dites secondaires sont : le « Toit ouvert », due à une résection de bosse avec un rapprochement insuffisant des os propres ; le « V inversé », du à une résection imprudente des cartilages latéraux supérieurs ; la « Columelle rétractée ou procidente » due à une dysharmonie entre la columelle et les cartilages latéraux inférieures. Quant au « Bec de corbin », la complication esthétique la plus disgracieuse et la plus redoutée, son pronostic a été transformé par l’avènement des greffes de pointe.